France, ma terre d’asile
France, ma terre d’asile
Date de parution : janvier 2020
ISBN : 978-2-918 394-7-23
14x21,5 cm
150 pages

18 €


Après le coup d’État au Chili en 1973, Carmen Aguayo est contrainte de partir en exil. Son mari, Vicente Sota, est prisonnier dans un camp de concentration, c’est donc seule avecsix enfants, âgés de deux à dix-sept ans, qu’elle arrive en France. Elle est accueillie dans un foyer de la banlieue parisienne où elle reçoit le soutien de diverses organisations. Vicente enfin libéré rejoint la famille qui s’installe alors à Paris dans un appartementloué par une association créée pour venir en aide aux réfugiés. Carmen et Vicente trouvent du travail, les enfants vontà l’école, la plus petite à la maternelle et les plus grands à l’université. Carmen mène de front sa vie professionnelle et une activité politique intense, dénonçant sans relâche les crimes de la dictature de Pinochet. En 1985, autorisés à rentrer au pays, les membres de la famille prendront le chemin du retour.

Carmen a écrit pour raconter ces années douces-amères et surtout, dit-elle, pour remercier la générosité des amis et la solidarité du peuple français.

 

 

BIOGRAPHIE

Carmen Aguayo de Sota est née au Chili en 1929. Elle est mère de sept enfants. Son mari, Vicente Sota, étant en politique, elle y entre à son tour. Elle milite d’abord au Parti démocrate-chrétien puis au MAPU, un parti de la gauche chilienne. Elle a consacré sa vie politique au travail avec les femmes. Carmen Aguayo était sur le point d’être nommée ministre de la Famillepar le président Allende quand le coup d’État a éclaté. En 1974,elle dût partir en exil à Paris où elle a travaillé dans diverses institutions ; son dernier poste en France fut au ministère desDroits de la femme, auprès de la ministre, Yvette Roudy. Pendantson exil, elle n’a cessé de dénoncer les crimes de la dictature de Pinochet et d’appeler à la solidarité envers le peuplechilien. Elle a pu rentrer au Chili en 1985.